AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Mar 30 Oct - 21:04

voilà je l'ai eu vendredi et maintenant je n'arrive plus a m'en décrocher

j'ai fait des résumé par chapitre là-bas

mais bon si vous voulez que je les met ici dites le moi

en tou cas le début est super

alors parlons en!!!!!

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
the-cheval
Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Age : 26
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Mar 30 Oct - 23:08

je l'aia cheté vendredi et je l'ai fini dimanche Very Happy il n'y a pas que le debut qui est bien Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-forum-equestre.superforum.fr
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Jeu 1 Nov - 16:23

MOI je veux prendre mon temps mais le probleme c'est que j'y arrive pas j'en suis deja au 32 chapitre!!!!!!!!!!!

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Sam 3 Nov - 19:06

j'ai finit et je suis décu par la fin

alors si vous voulez parler de quelques détails...

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Ulysse
poney
poney
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 30
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Sam 3 Nov - 20:52

Moi je viens de l'acheter. lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pologne.superforum.fr
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Dim 4 Nov - 17:04

ah tu en ai ou???

pour qu'on en discute!!!

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: parler   Lun 5 Nov - 23:05

personne veut en parler!!!!!

car je trouve que certaines choses ne sont pas résolus mais bon j'ai chercher ces réponses et J K rowling en aurai parlé donc si vouvs voulez les connaitres, il n'y a qu'a demander....

comme quel est le plus grand amour de Dumbly??

ou bien Quels sont les métiers de nos héros???

des questions dont la réponse n'est pas dans le livre !!!!! king

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Mer 7 Nov - 1:01

snif!!

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
the-cheval
Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Age : 26
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Mer 7 Nov - 11:25

pour quoi est tu decu de la fin?c'est vrai que c'est pas du tout ce que je m'imaginé mais bon...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-forum-equestre.superforum.fr
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Mer 7 Nov - 20:39

la fin est un petit peu nieunieu, je m'attendais a un chapitre avec les metiers de nos heros

et de plus les noms des enfants sont un peu...tirépar les cheveux!!!!

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
the-cheval
Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Age : 26
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Mer 7 Nov - 22:51

prenom anglais lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-forum-equestre.superforum.fr
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Ven 9 Nov - 20:40

non je parlais plutot des noms elle n'as pas été cherché loin!!!

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
bubulle
double poney
double poney


Nombre de messages : 151
Localisation : [...]
Date d'inscription : 02/12/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Dim 2 Déc - 20:42

Le début, j'ai trouvé sa un peu longuet... Bon daccord, ils sont dans la forêt, et alors? Laughing
Sa met un peu longtemps a démarrer, et puis il y a des petits évènements qui arrrive, mais après on les oublient, et pis ils réaparraissent... Enfin tout un truc ^^
La fin, le combat,, je vais être franche... J'ai RIEN compris Laughing
Alors POURQUOI Harry est le maitre de la baguette... ? Parce que c'était pas la bonne baguette qu'il a vaincu avec Drago... Je crois.... Plus très sur de rien Laughing
Le prologue... Angela, tout le monde je pense s'attendait a un plus de détails, techniquement ils sont au chomage vu qu'ils n'ont pas passer leurs ASPICS... = pas de travail non?
Les prénoms, tu as raison, sa m'a fait rire, Ginny n'a pas eu son mot a dire apparemment Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Dim 2 Déc - 20:54

oui c'est vrai que le passage d'un endroit a un autre est assez long mais bon sa fait une pause dans l'aventure
de plus poru la baguette
en faite drago a désarconner dumbly sur la tour d'astronomie dans le 6 livres et il est donc devenu le maitre de la baguette de dumbly sans le savoir mais comme harry a désarconné a son tour dans le manoir malefoy, drago bah lui aussi est devenu a son tour le maitre de la baguette de Sureau et comme la baguette ne peut pas tuer son maitre elle s'est retourné sur voldy
en ce qui concerne compagnie ron et hermione devienne des aurors en effet dans un tchat Jk explique certaine chose qui était encore obscur

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Dim 2 Déc - 21:01

voici le tchat :

J.K. Rowling : Je suis ici et je suis impatiente ! Posez vos questions !

Leaky Cauldron : Qu’est-ce que le monde des sorciers a appris, et comment la société a-t-elle changé, suite à la guerre contre Voldemort ? (c.à.d. pas par rapport aux futurs métiers de Harry, Ron et Hermione).

J.K. Rowling : Le Ministère de la Magie n’est plus corrompu, et avec Kingsley aux commandes la discrimination qui était toujours latente a été éradiquée. Harry, Ron, Hermione et Ginny ont évidemment joué un rôle significatif dans la reconstruction de la société magique par le biais de leurs futurs métiers.

Ryan Love : De la part des fans de thesnitch.co.uk. N’étions-nous pas supposés voir Ginny déployer de puissants pouvoirs magiques dans les Reliques de la Mort, et comprendre pourquoi il est important qu’elle soit le septième enfant ? L’importance de son rôle dans les livres tenait-elle uniquement à l’amour de Harry ?

J.K. Rowling : Salut Ryan ! Et bien, je pense que Ginny a montré sa puissance magique dans la bataille finale, et pour une sorcière de seize ans elle s’en est plutôt bien sortie. Je ne me souviens pas avoir jamais dit que le fait d’être le « septième enfant » serait particulièrement important dans le dernier livre, par contre – es-tu certain que j’ai dit ça ?!

Georgina : Est-ce que Lucius Malefoy, et les autres Mangemorts qui s’étaient échappés, sont retournés à Azkaban ?

J.K. Rowling : Non, les Malefoy se sont trouvés une échappatoire (encore), grâce au fait qu’ils se sont associés (quoique par intérêt personnel) à Harry à la fin de la bataille.

Elisabeth : Dans le chapitre de King’s Cross, sont-ils derrière le voile ou dans un monde entre le monde réel et le voile ?

J.K. Rowling : Tu peux décider ce que tu veux à ce sujet, mais je pense que Harry est entré dans des sortes de limbes entre la vie et la mort.

Renée : D’après ce que j’ai lu sur les propriétaires originels des Reliques de la Mort, les frères Peverell, je me demande si Harry et Voldemort ont un lien de parenté éloigné – le grand-père de Voldemort a possédé la bague avec la pierre de résurrection ?

J.K. Rowling : Oui, Harry et Voldemort ont un lien de parenté éloigné par le biais des Peverells. Bien sûr, pratiquement toutes les familles de sorciers sont liées si on remonte à travers les siècles. Comme c’est expliqué clairement dans les Reliques de la Mort, le sang des Peverell coulerait dans beaucoup de familles de sorciers.

Fomy : Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez enfin écrit le baiser, tant attendu par les fans, de Ron et d’Hermione ?

J.K. Rowling : J’ai adoré l’écrire, et j’ai adoré le fait que ce soit Hermione qui prenne l’initiative ! Ron avait finalement compris la S.A.L.E. et avait mérité un baiser !

Angela Morrissey : Pourquoi Albus Dumbledore peut-il voir Harry sous sa cape d’invisibilité à certains moments ? (dans la série, la cape d’invisibilité est-elle uniquement infaillible envers ceux qui ne possèdent pas de Relique de la Mort ?)

J.K. Rowling : Dumbledore, qui pouvait faire de la magie sans avoir besoin de prononcer d’incantation à haute voix, utilisait « Humenum Revelio », le sortilège révélant la présence d’humains utilisé par Hermione dans les Reliques de la Mort.

Jamie Lewis : Qu’est-il arrivé à Winky ?

J.K. Rowling : Elle est toujours à Poudlard, et elle faisait partie des elfes de maison qui ont attaqué les Mangemorts dans la bataille finale.

Katieleigh : Hermione continue-t-elle à se consacrer à la S.A.L.E. et la vie est-elle meilleure pour les elfes de maison !

J.K. Rowling : Hermione a commencé sa carrière post-Poudlard au Département de la Régulation et du Contrôle des Créatures Magiques où elle a participé grandement à l’amélioration des conditions de vie des elfes de maison et de leurs semblables. Puis elle est partie (malgré ses railleries envers Scrimgeour) pour le Département de la Justice Magique où elle a eu un rôle progressiste en faveur de l’éradication des lois oppressives pro sang-pur.

Tineke : Est-ce que Teddy a grandi chez sa grand-mère ?

J.K. Rowling : Oui, Teddy a été élevé par Andromeda. Pourtant, contrairement à Neville, qui a lui aussi été élevé par sa grand-mère, Teddy avait son parrain, Harry, et tous les amis de son père dans l’Ordre, qui lui rendaient visite et restaient avec lui.

Blodeuwedd : Salut jk, avant tout merci pour tous les livres que j’ai beaucoup aimés ; pourriez-vous nous dire les professions de Harry, Hermione, Ron, Ginny et Luna, est-ce que le trio a passé la dernière année d’étude à Poudlard, et ont-ils obtenu leur ASPIC ?

J.K. Rowling : Merci ! J’ai déjà répondu à propos d’Hermione. Kingsley est demeuré Ministre de la Magie, et naturellement il a voulu qu’Harry dirige son nouveau Département des Aurors. Harry a accepté (la mort de Voldemort ne signifiait pas qu’il n’y aurait pas d’autres mages noirs dans les années à venir). Ron a rejoint George chez Weasley, Farces pour Sorciers Facétieux, qui est devenu très rentable… Après quelques années en tant que célèbre joueuse pour l’équipe des Harpies de Holyhead, Ginny s’est retiré pour se consacrer à sa famille et devenir rédactrice au Daily Prophet, pour le Quidditch !

Camille : Qu’est-ce qu’est, ou qui est Peeves, exactement, est-il lié à l’histoire du Baron Sanglant ?

J.K. Rowling : Non, Peeves n’est pas lié à l’histoire du Baron Sanglant. C’est un esprit du chaos qui est entré il y a longtemps dans le bâtiment et qu’il n’a pas été possible d’éradiquer !

Jessie : Est-ce que les Reliques de la Mort sont basées sur un mythe du monde réel ou sur un conte de fée ?

J.K. Rowling : Peut-être “The Pardoner’s Tale” de Chaucer [ndt : ce conte fait parti des “Contes de Cantorbéry »]

Alicepie : Qu’est-il arrivé à Luna, s’est-elle mariée, et si oui avec qui ?

J.K. Rowling : Luna est devenu une naturaliste très célèbre dans le monde des sorciers, elle a découvert et classifié beaucoup d’espèces d’animaux (bien qu’elle n’ait hélas jamais trouvé de Ronflak Cornu et qu’elle ait dû accepter le fait que son père ait pu l’inventer). Elle a fini par se marier (plus tard que Harry & co) à un collègue naturaliste, petit-fils du célèbre Norbert Dragonneau.

Rosi : Qu’est-ce que signifie « séparés dans leur essence » ?

J.K. Rowling : Dumbledore suspectait que l’essence du serpent soit divisée – qu’elle contienne une partie de l’esprit de Voldemort, et c’est pourquoi il se montrait si empressé à faire ce qu’il avait à faire. Cela explique également pourquoi Harry, le dernier Horcruxe, pouvait voir aussi facilement à travers les yeux du serpent, tout comme il le faisait à travers les yeux de Voldemort. Dumbledore dit cela à haute voix, et il s’approche de la vérité avec l’aide de la Pensive.

Superhans : quel était le pire souvenir de Dudley ?

J.K. Rowling : Je pense que lorsqu’il s’est fait attaquer par les Détraqueurs, il s’est vu lui-même, pour la première fois, tel qu’il était. C’était très douloureux, mais c’est devenu par la suite une leçon pour lui, cela a provoqué un début de changement en lui.

Casey Kunze : Qui a tué Rémus et Tonks ? Je pense que si je savais qui les a tués, j’arriverais à faire le deuil de la mort triste mais compréhensible de deux de mes personnages préférés.

J.K. Rowling : Je suis tellement désolée ! Le soir de la publication j’ai rencontré un couple déguisé en Lupin et Tonks, je me suis sentie horriblement coupable quand j’ai signé leurs livres !
Rémus a été tué par Dolohov et Tonks par Bellatrix.

Laura Trego : L’absence de portrait de Rogue dans le bureau du directeur, dans la dernière scène, était-elle ou non délibérée ?

J.K. Rowling : C’était délibéré. Rogue avait abandonné son poste avant de mourir, donc il ne méritait pas d’être inclus dans cet auguste cercle. Pourtant, j’aime à penser que Harry s’efforcera d’intégrer le portrait de Rogue un jour.

Stéphanie : Si la baguette choisit le sorcier, alors pourquoi les baguettes fonctionnent-elles quand elles sont transmises de père en fils comme Neville qui possédait la baguette de son père ?

J.K. Rowling : Comme l’a spécifié Ollivander, un sorcier peut utiliser pratiquement n’importe quelle baguette, mais c’est la baguette qui choisit avec qui elle fonctionnera le mieux. Quand il y a un lien de parenté, une baguette fonctionnera un peu mieux qu’une baguette choisie au hasard, je suppose.

James Farrell : Comment Ombrage a-t-elle réussi à créer un patronus en portant le médaillon, alors que Harry n’y arrivait pas ?

J.K. Rowling : Car c’est une personne vraiment mauvaise. Elle a une affinité avec cet horrible objet, qui l’aiderait plus qu’il ne la gênerait.

Tineke : Qu’est-il arrivé à Percy, a-t-il repris son travail au Ministère ?

J.K. Rowling : Oui, le nouveau Percy, qui s’est amélioré, a fini par occuper un poste élevé sous Kingsley.

Su : Comment Neville a-t-il obtenu l’épée de Gryffondor, y a-t-il un lien avec le Choixpeau ?

J.K. Rowling : Oui, il y a un lien avec le Choixpeau ! Neville, le plus digne d’être à Gryffondor, a demandé de l’aide tout comme Harry l’avait fait dans la Chambre des Secrets, et l’épée de Gryffondor est arrivée dans le vieux chapeau de Gryffondor – le Choixpeau Magique appartenait à l’origine à Gryffondor, comme tu le sais. Gripsec avait tord – Gryffondor n’a pas « volé » l’épée, à moins que vous ne soyez un Gobelin fanatique et que vous pensiez que tout objet créé par les Gobelins appartient à celui qui le fabrique.

Steph : Utilisera-t-on encore à Azkaban des Détraqueurs ?

J.K. Rowling : Non, c’est fini. Kingsley y veillera. L’utilisation des Détraqueurs était une preuve de la corruption sous-jacente du Ministère, ainsi que Dumbledore le rappelait constamment.

Sammbutpowerful : De la part de tous les fans de Harry Potter qui se considèrent comme des Poufsouffle, pourriez-vous, s’il vous plaît, décrire la salle commune des Poufsouffle, étant donné qu’il s’agit de la seule salle commune que Harry n’a pas visité.

J.K. Rowling : On accède à la salle commune des Poufsouffle par un portrait près des cuisines, comme vous l’avez sûrement déduit. Je suis désolée – je devrais dire « peinture » plutôt que portrait, car il s’agit d’une nature morte. C’est une pièce très confortable et accueillante, à l’opposé du donjon de Rogue. Beaucoup de tapisseries jaunes, d’épais fauteuils, et de petits tunnels souterrains menant aux dortoirs, chacun possédant une porte parfaitement ronde, comme des couvercles de barils.

Camille : Comment George s’en sort-il sans son jumeau ?

J.K. Rowling : Et bien, je ne pense pas que George se remettra un jour de la perte de Fred, ce qui me rend triste. Pourtant, il appelle son premier fils Fred, et il poursuit avec succès sa carrière, aidé en cela par le bon vieux Ron.

Jessica Lynn : Hagrid avait-il besoin de voir les Sombrals pour les élever, et si oui, qui a-t-il vu mourir ?

J.K. Rowling : Hagrid a vu beaucoup de morts au cours de sa longue vie, donc oui, il peut voir les Sombrals.

Allie : Qu’a réellement vu Dumbledore dans le miroir du Rised ?

J.K. Rowling : Il a vu sa famille en vie, réunie et heureuse – Ariana, Percival et Kendra en vie, et Aberforth réconcilié avec lui.

Snapedinhalf : Vous aviez promis qu’une personne arriverait à faire de la magie tard dans sa vie, dans le tome 7. Je l’ai lu trois fois mais je n’ai pas pu trouver de qui il s’agissait ! S’il vous plaît, aidez-moi !

J.K. Rowling : Je suis désolée, mais j’ai changé d’avis ! Dans mon plan de base, une personne arrivait à intégrer Poudlard sans avoir jamais fait de magie auparavant, mais j’ai changé d’avis lors de l’écriture du troisième tome.

Christiana : Comment Voldemort a-t-il récupéré sa baguette après son exil ?

J.K. Rowling : Queudver, désespéré de retomber dans ses bonnes grâces, l’a récupérée de l’endroit où elle était tombée et la lui a apportée. J’admets que cela a dû être difficile pour un rat, mais ce sont des créatures très intelligentes !

Amanda : Salut, j’ai grandi avec Harry et sa bande, est-ce qu’un des personnages a grandi de manière inattendue ?

J.K. Rowling : Ils sont tous devenus en gros ce que j’attendais d’eux. Bien sûr, ils ont changé à mesure que j’écrivais, mais personne ne m’a vraiment surpris !

Ravleen : Dans quelle mesure le fait que Voldemort ait été conçu grâce à une potion d’amour a-t-il influencé son incapacité à comprendre l’amour ? Est-ce uniquement symbolique ?

J.K. Rowling : C’était une manière symbolique de montrer qu’il est le fruit d’une union sans amour – mais évidemment, tout aurait changé si Mérope avait survécu et avait élevé elle-même son fils et l’avait aimé. L’enchantement sous lequel Tom Elvis Jedusor a créé Voldemort est important car il montre la contrainte, il ne peut y avoir de manière plus préjudiciable de venir au monde.

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Dim 2 Déc - 21:02

Lechicaneuronline : Pensez-vous que Rogue soit un héros ?

J.K. Rowling : Oui, je pense ; mais un héros loin d’être parfait. Un anti-héros, peut-être. Ce n’est pas un homme très sympathique, loin de là. Il reste assez cruel, tyrannique, rongé par l’amertume et l’insécurité – et pourtant il a aimé, et il s’est montré loyal envers son amour, et a fini par sacrifier sa vie pour cette raison. C’est assez héroïque !

James Farrell : Voldemort n’a jamais parlé de ses Horcruxes, alors comment Régulus Black a-t-il bien pu découvrir son secret ?

J.K. Rowling : Les Horcruxes ne sont pas une invention de Voldemort ; comme c’est expliqué dans l’histoire, d’autres sorciers en avaient fait, bien qu’aucun ne soit allé jusqu’à en créer six. Voldemort a laissé échapper quelques indices ; dans son arrogance, il ne pensait pas que quiconque serait assez intelligent pour les comprendre. (Il le fait dans le cimetière de Little Hangleton, devant Harry). Il l’a fait devant Régulus, qui grâce à cela a compris ce qui rendait Voldemort si confiant quant à son immortalité.

Jaclyn : Lily a-t-elle eu des sentiments pour Rogue ?

J.K. Rowling : Oui. Elle aurait même pu être amoureuse de lui (elle l’aimait déjà en tant qu’ami, c’est certain) s’il n’avait pas montré un tel amour pour la magie noire et n’avait pas été attiré par des gens et des actes si méprisables.

Boggo : Choisiriez-vous la cape comme Relique, comme vous devriez le faire, ou bien seriez-vous tenté d’utiliser les autres ?

J.K. Rowling : Ma tentation serait la même que celle de Harry, donc la pierre. Mais je pense, tout comme Harry à la fin, que la plus grande sagesse consiste à accepter que la mort soit inéluctable, et à faire avec.

Cornersoul : Qu’est-il arrivé aux Détraqueurs, où vont-ils aller, seront-ils détruits, et si oui comment ?

J.K. Rowling : On ne peut pas détruire les Détraqueurs, mais on peut limiter leur nombre si on élimine les conditions nécessaires à leur multiplication, c’est-à-dire le désespoir et la dégradation. Comme je l’ai déjà dit, cependant, le Ministère n’utilise plus les Détraqueurs pour tourmenter ses opposants.

Michael : Pourquoi Fumseck n’est-il pas venu au secours de Harry ? Je pensais que puisque Harry était si loyal envers Dumbledore, Fumseck aurait été le nouvel animal domestique de Harry.

J.K. Rowling : Quelque chose devait quitter pour de bon l’école à la mort de Dumbledore, et j’ai décidé qu’il s’agirait de Fumseck. Dumbledore était un grand homme, il était irremplaçable, et la perte de Fumseck (et le fait qu’il n’était pas « transférable » !) symbolise cela.

Roseweasley : Pourquoi Colin Creavey était encore élève à Poudlard alors qu’il était né de moldus ? Il aurait dû être arrêté et interrogé, il n’aurait pas dû être autorisé à retourner à l’école, et par conséquent il n’aurait pas dû mourir.

J.K. Rowling : Colin n’était pas un élève. Il est revenu avec le reste de l’AD, Fred, George et les autres. Il n’aurait pas dû rester quand Mac Gonagall lui a dit de partir, mais hélas, il est resté.

Delailah : Comment Dumbledore pouvait-il comprendre le Fourchelang ?

J.K. Rowling : Dumbledore comprenait la langue des Sirènes, celle des Gobelins et le Fourchelang. C’était un homme brillant.

Jessie : Lockhart guérira-t-il un jour ?

J.K. Rowling : Non. Et je ne le souhaite pas. Il est heureux là où il est, et je suis plus heureuse sans lui !

Annie : Est-ce que le monde des sorciers sait maintenant que Rogue était fidèle à Dumbledore, ou bien pensent-ils encore que c’était un traître ?

J.K. Rowling : Harry aura fait en sorte que l’héroïsme de Rogue soit reconnu. Bien sûr, ça n’empêchera pas Rita Skeeter d’écrire « Rogue : racaille ou saint ? »

Vio91 : Teddy Lupin est-il un loup-garou ?

J.K. Rowling : Non, c’est un métamorphe, comme sa mère.

Nippy23 : Les chaussettes sont un thème récurrent dans la série : Dobby les aime, Dumbledore prétend les voir dans le miroir du Rised… Quelle est la raison de cette récurrence ?

J.K. Rowling : Rien de bien profond ou significatif, je le crains. Elles sont juste un élément comique.

Lady Bella : Quels meurtres ont servi à la création des Horcruxes par Voldemort ?

J.K. Rowling : Le journal intime – Mimi Geignarde. La coupe – Hepzibah Smith, l’ancien propriétaire. Le médaillon – un clochard moldu. Nagini – Bertha Jorkins (Voldemort a pu utiliser à nouveau une baguette à partir du moment où il a récupéré un corps rudimentaire, tant que la victime était soumise). Le diadème – un passant en Albanie. L’anneau – Tom Jedusor senior.

Sampotterish : Pourquoi Dumbledore voulait-il que Ron conserve son Eteignoir ?

J.K. Rowling : Dumbledore comprenait l’importance de Ron dans le trio. Il n’était pas le plus doué, ni le plus intelligent, mais il était ce qui les reliait. Son humour et son bon cœur étaient essentiels.

Carol : Est-ce que les Détraqueurs ont une âme ?

J.K. Rowling : Non, c’est ce qui les rend effrayants !

Jess Mac : Quelle est la troisième odeur que sent Hermione dans la potion d’Amortentia, dans le tome 6 (c’est-à-dire l’essence de Ron) ?

J.K. Rowling : Je pense que ce sont ses cheveux. Chaque individu a une odeur de cheveux particulière, n’est-ce pas ?

Natalie : Les divisions entre les maisons de Poudlard sont-elles aussi importantes à l’époque des enfants de Harry qu’elles l’étaient dans les générations précédentes ?

J.K. Rowling : Serpentard a été dilué. Ce n’est plus un bastion de sang-purs comme ça l’était auparavant. Néanmoins, sa sombre réputation est toujours présente, d’où la peur d’Albus Potter.

Nithya : Lily détestait Mulciber et Avery ; si Rogue l’aimait réellement, pourquoi n’a-t-il pas sacrifié leur compagnie pour elle ?

J.K. Rowling : Et bien, c’est la tragédie de Rogue. S’il avait pu revenir en arrière, il ne serait pas devenu un Mangemort, mais comme de nombreuses personnes peu sûres d’elles et vulnérables (comme Queudver), il voulait appartenir à quelque chose de grand et de puissant, quelque chose d’impressionnant. Il voulait Lily mais il voulait également Mulciber. Il n’a jamais réellement compris l’aversion de Lily ; il était tellement aveuglé par son attirance envers le côté sombre qu’il pensait que Lily le trouverait impressionnant s’il devenait un vrai Mangemort.

Alborz : Que signifie le fait d’être le maître de la mort ?

J.K. Rowling : Comme l’explique Dumbledore, le réel maître de la Mort est celui qui accepte le fait d’être destiné à mourir, et qu’il existe des choses bien pires dans le monde des vivants. Il ne s’agit pas de rechercher l’immortalité, mais d’accepter la mortalité.

Barbara : J’ai été très déçue de voir Harry utiliser Doloris et sembler y prendre plaisir ; son échec lors de sa dernière tentative avait été tout à son honneur, pourquoi changer ? Et a-t-il regretté, plus tard, d’avoir apprécié le fait de provoquer de la douleur ?

J.K. Rowling : Harry n’est pas, et n’a jamais été, un saint. Tout comme Rogue, il n’est pas parfait, il est mortel. Les défauts de Harry sont avant tout la colère, et parfois l’arrogance. Au moment où il utilise ce sort, il est très en colère et agit en conséquence. Il se trouve également dans une situation désespérée, il tente de défendre quelqu’un de très bon contre un adversaire violent et meurtrier.

Nicole : D’après vous, quel est le moment le plus drôle que vous avez écrit dans la série ?

J.K. Rowling : Cela semble prétentieux de répondre à cette question ! Celui que je préfère dans ce livre est probablement cette phrase de Ron, « Voilà qui exprime bien l'ampleur et la tragédie de l'évènement, vous ne trouvez pas ?»

Courtney : A quel enfant Harry a-t-il donné la carte des Maraudeurs, s’il l’a fait ?

J.K. Rowling : J’ai le sentiment qu’il ne l’a donnée à personne, mais que James la prise dans le bureau de son père un jour.

Karin : Qu’est-ce que Pétunia voulait dire à Harry, lors du départ des Dursley ?

J.K. Rowling : Je pense que pendant un moment elle a failli souhaiter à Harry bonne chance ; qu’elle a pratiquement reconnu que son dégoût pour son monde et pour lui-même était né de la jalousie. Mais elle n’a pas pu ; des années à prétendre que le fait d’être « normal » était ce qu’il y avait de mieux l’avaient trop endurcie.

Leaky Cauldron : S’il vous plaît, posez et répondez à la question dont vous préfèreriez le plus parler à propos de la série ! (ha ha, ça vous est retombé dessus)

J.K. Rowling : Ooooh, tu es dur. Je dois admettre que je me suis toujours demandé pourquoi personne ne m’interrogeait sur la composition de la baguette de Dumbledore ! Et je ne pouvais pas y répondre, même quand on me demandait « quelle question souhaiteriez-vous qu’on vous pose… » car ça aurait montré à quel point cette baguette allait devenir importante !

Nora : Est-ce que la tiare de la tante Muriel est importante ?

J.K. Rowling : Non, je suis désolée… excepté le fait que cela illustre à quel point elle est une vieille chauve-souris.

Nigel : Harry peut-il continuer à parler Fourchelang maintenant qu’il n’est plus un Horcruxe ?

J.K. Rowling : Non, il a perdu ce don, et il en est ravi.

Nikki : Comment le miroir à double sens de Sirius a-t-il atterri dans les mains d’Abelforth ? Ou bien s’agit-il d’un autre miroir à double sens ?

J.K. Rowling : On voit Abelforth rencontrer Mondingus à Pré-au-Lard. C’est à ce moment que Mondingus a vendu le miroir de Sirius, qu’il avait volé au Square Grimmauld.

Tierney Roth : Si Maugrey a acquis un œil magique, et Queudver une main magique, y aurait-il un moyen de créer une oreille magique, au moins pour couvrir le trou et rendre le visage de George plus symétrique ?

J.K. Rowling : Oui, il pourrait porter une fausse oreille (je commence à rire à cette idée. Peut-être qu’il est mieux sans fausse oreille !)

Lucy : Quel est l’épouvantard de Dumbledore ?

J.K. Rowling : Le corps de sa sœur.

Pablo : Que fait cette face de crapaud d’Ombrage maintenant ?

J.K. Rowling : Contente de voir que tu l’apprécies autant que moi ! Elle a été arrêtée, interrogée et emprisonnée pour crimes contre les sorciers nés de Moldus.

Tina : Est-ce que les Moldus se sont aperçus qu’il n’y a plus d’évènement bizarre maintenant que Voldemort est mort ?

J.K. Rowling : Oui, le monde semble beaucoup plus ensoleillé (littéralement – avec le départ des Détraqueurs, le beau temps est revenu !). Nous avons un été très influencé par les Détraqueurs, ici, au Royaume-Uni.

Katie Mosher : Comment les sorciers nés de Moldus obtiennent-ils des pouvoirs magiques ?

J.K. Rowling : Leur arbre généalogique comporte un sorcier ou une sorcière, parfois dans une génération très, très antérieure. Le gène refait surface à des moments inattendus.

Maggie : Rita Skeeter est-elle toujours une journaliste ?

J.K. Rowling : Naturellement, qu’est-ce qui pourrait bien arrêter Rita ? J’imagine qu’elle a immédiatement publié la biographie d’Harry après sa victoire contre Voldemort. Un quart de vérité, trois quarts de bêtises.

Maggie Keir : Hermione a-t-elle pu retrouver ses parents et leur redonner leur mémoire ?

J.K. Rowling : Oui, elle les a tout de suite ramenés à la maison.

Lola Victorpujebet : Minerva était-elle amoureuse d’Albus ?

J.K. Rowling : Non ! Tout de monde ne tombe pas amoureux de quelqu’un…

Rachel Nell : Merci pour vos livres fantastiques, Jkr ! J’aimerais savoir pourquoi personne ne semblait savoir que Lily et Rogue étaient amis à l’école : à l’évidence ils se rencontraient pour parler, etc. James n’était-il pas au courant de leur passé ?

J.K. Rowling : Merci pour tes remerciements ! Oui, on savait qu’ils étaient amis, puis que leur amitié a cessé. Mais on ne savait rien de plus. James a toujours suspecté Rogue d’avoir des sentiments plus profonds envers Lily, ce qui explique en partie son attitude envers lui.

Abbey : Est-ce que les Cannons de Chuddley remporteront un jour la coupe du monde de Quidditch ?

J.K. Rowling : Peut-être un jour, qui sait. Mais ils auraient besoin de remplacer toute leur équipe et de boire plusieurs chaudrons de Félix Félicis.

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Dim 2 Déc - 21:03

Hayleyhaha : Pourquoi Régulus a-t-il changé de camp ?

J.K. Rowling : Il n’était pas préparé à la réalité de la vie d’un Mangemort. C’est la tentative d’assassinat sur Kreattur par Voldemort qui a été le réel tournant pour lui.

J.K. Rowling : Scorpius a beaucoup de choses contre lui, notamment son nom. Pourtant, je pense que Scorpius sera meilleur que son père, que les malheurs ont calmé !

Stephval : Scorpius est-il aussi malintentionné que son père, ou bien Drago s’est-il amélioré et a bien éduqué son (ses) enfant(s) ?

J.K. Rowling : Désolée, problème technique – je viens de répondre à une question avant de l’avoir vue ! Je m’améliore en Légimencie, de toute évidence.

Lona : Drago et Harry ont-ils perdu leur animosité à la mort de Voldemort ?

J.K. Rowling : Pas vraiment. Il pourrait en quelque sorte y avoir un rapprochement, étant donné que Harry sait que Drago détestait être un Mangemort et n’aurait pu tuer Dumbledore ; de son côté, Drago serait plus ou moins reconnaissant envers Harry pour lui avoir sauvé la vie. Cependant, une réelle amitié serait hors de question. Trop de choses se sont passées avant la bataille finale.

Hannah : Pourquoi Rogue avait-il une apparence si négligée ?

J.K. Rowling : Hmm. Bonne question. Une vue déficiente ? Se regardait-il dans un miroir en pensant qu’il était beau tel q’il était ? A mon avis, il est plus probable qu’il ait apporté plus d’estime à d’autres qualités qu’il possédait !

Ea : La pierre sera-t-elle un jour découverte, étant donné qu’elle a été abandonnée par terre, dans la forêt ?

J.K. Rowling : Je ne pense pas. J’imagine qu’elle a été enfoncée dans la terre par le sabot d’un centaure quand les centaures ont apporté leur aide aux combattants de Poudlard, et qu’elle a donc été enterrée.

Adwait313 : Le maléfice sur le poste de professeur de DCFM à Poudlard a-t-il été levé ?

J.K. Rowling : Oui, enfin ! A propos, je sais que certains ont posé des questions sur Quirrell vis-à-vis de cette question. Il a enseigné à Poudlard pendant plus d’un an, mais PAS en tant que professeur de DCFM. Il avait auparavant le poste d’Etude des Moldus.

Emilie : Qu’est-il arrive à Abelforth ?

J.K. Rowling : Il est toujours là, à la Tête de Sanglier, à jouer avec ses chèvres.

Lee : J’ai acheté récemment un Nimbus 2000 et il a vraiment tendance à partir à gauche, y a-t-il quoi que ce soit que je puisse faire pour le réparer ? (sans utiliser de baguette magique, un hippogriffe l’a cassée)

J.K. Rowling : Hm. Je te conseillerais d’aller à la boutique d’Arkie Adelton, Répar-Rapide [ndt : Arkie Alderton’s Kwik-Repair Shop en anglais]. N’essaie jamais de réparer un balai à la maison, les conséquences peuvent être désastreuses.

Abjoppotter : Narcissa Malefoy est-elle réellement un Mangemort ?

J.K. Rowling : Non, elle n’a jamais reçu la marque des Ténèbres et n’a jamais été un membre à part entière. Cependant ses idées étaient identiques à celles de son mari jusqu’à ce que Voldemort planifie la mort de son fils.

Emzzy : Mr Weasley a-t-il réussi à réparer la moto de Sirius ?

J.K. Rowling : Bien sûr, et elle a fini entre les mains de Harry.

Lulu : D’après vous, Dumbledore appréciait-il plus Ron que ni Harry ni Ron le pensaient ?

J.K. Rowling : Oui, je le pense. Grâce à ce que lui disait Harry, et grâce aux propos des professeurs, Dumbledore comprenait mieux Ron que Ron ne l’a jamais soupçonné, et il l’appréciait également.

Chelatina : Firenze a-t-il été de nouveau accueilli par les centaures ?

J.K. Rowling : Oui, le reste des centaures a été obligé de reconnaître que le penchant de Firenze pour les humains n’était pas honteux, mais honorable.

Kristy : Quel passage des Reliques de la Mort avez-vous préféré écrire ?

J.K. Rowling : Le chapitre 34 : Retour dans la forêt.

Chely : Le Patronus de James est un cerf, celui de Lily est une biche : est-ce une coïncidence ?

J.K. Rowling : Non, le Patronus change souvent pour refléter l’image de l’amour d’une vie (car ils deviennent alors la « pensée heureuse » nécessaire pour créer un Patronus).

Jon : Etant donné que Voldemort avait peur de la mort, a-t-il choisi de devenir un fantôme, et si oui, quel endroit hante-t-il, ou bien est-ce impossible à cause des Horcruxes ?

J.K. Rowling : Non, il n’est pas un fantôme. Il est obligé d’exister sous la forme rabougrie que nous avons vu à King’s Cross.

Angela Morrissey : Y avait-il sept Horcruxes et non pas six comme Dumbledore le disait à Harry, et si oui, cela signifie-t-il que Voldemort avait divisé son âme en huit parts et non sept ?

J.K. Rowling : Oui, Voldemort a accidentellement divisé son âme en huit parts, pas sept.

Laura Trego : Hermione a-t-elle réellement lancé un sortilège de mémoire sur ses parents ? Elle a dit qu’elle l’avait fait, mais à peu près 50 pages plus tard, elle dit à Ron qu’elle n’a jamais lancé de sortilège de mémoire…

J.K. Rowling : Il y a deux sortilèges différents. Elle n’a pas effacé la mémoire de ses parents (comme elle le fait plus tard pour Dolohov et Rowle) ; elle les a ensorcelés pour leur faire croire qu’ils sont d’autres personnes.

Maura : Pourquoi Voldemort a-t-il cessé d’employer l’Occlumancie contre Harry, comme il le faisait dans le tome 6 ?

J.K. Rowling : Il perd le contrôle, il est incapable d’empêcher Harry de regarder dans son esprit. Voldemort, qui ne sait pas que Harry est un Horcruxe, n’a jamais entièrement compris la connexion qui existait entre eux.

Gandalfxj9 : Krum a-t-il fini par trouver l’amour ?

J.K. Rowling : Bien sûr, bien qu’il ait dû revenir dans sa Bulgarie natale pour le trouver.

Twinkletoes : Pourquoi avez-vous eu le sentiment que la mort d’Hedwige était nécessaire ?

J.K. Rowling : La perte d’Hedwige représente la perde de l’innocence et de la sécurité. Elle a été comme une peluche pour Harry par moments. Le fait que Voldemort la tue a marqué la fin de son enfance. Je suis désolée… je sais que cette mort a ému BEAUCOUP de personnes !

Lecanard : Harry et ses amis auront-ils droit à leur propre biographie sur les cartes de Chocogrenouille ?

J.K. Rowling : Absolument, et Ron présentera cela comme son heure de gloire.

Mike : Quelle est l’incantation pour créer un Horcruxe ?

J.K. Rowling : Je ne peux pas le dire. Il vaut mieux que certaines choses restent cachées.

Samantha : Rogue était-il le seul Mangemort à être capable de créer un Patronus corporel ?

J.K. Rowling : Oui, car en général les Mangemorts créent ou se battent aux côtés des choses que combattent les Patronus. Les Mangemorts n’ont donc pas besoin de Patronus.

Jess : Comment Nagini pouvait-elle voir Harry et Hermione sous la cape d’invisibilité ?

J.K. Rowling : Les sens des serpents sont très différents de ceux des humains. Ils peuvent détecter la chaleur et les mouvements d’une façon qu’il nous est impossible de faire.

Chucky : Aviez-vous d’autres titres possibles pour le livre, en dehors des Reliques de la Mort ?

J.K. Rowling : Les deux autres titres étaient « La Baguette de Sureau » [ndt : The Elder Wand en anglais] et « La Quête de Peverell » [ndt : The Peverell Quest en anglais], et je les ai rejetés assez rapidement. Je pense que le mot « Quête » est un peu trop fleur bleue !

Iglooanne : Quel serait votre Patronus ?

J.K. Rowling : J’aimerais une loutre, comme Hermione, mais j’ai le sentiment que ce serait un gros chien.

The Stoic Cycle : Pourquoi Voldemort ignore-t-il que l’anneau de Gaunt est une Relique, quand il l’a porté (comme on peut le voir dans le souvenir que montre le journal intime à Harry dans le tome 2) ?

J.K. Rowling : Porter la bague ne suffit pas à l’activer. La pierre existait en dehors de la bague à l’origine, et pour l’utiliser, on doit la tourner trois fois dans sa main.

Finchburg : Est-ce que la marque des Ténèbres reste visible sur ceux que Voldemort a marqué, après sa mort, ou bien est-ce que le tatouage a disparu ? Merci pour votre réponse !

J.K. Rowling : De rien, Finchburg ! La marque des Ténèbres pâlirait jusqu’à devenir une cicatrice, assez semblable à celle sur le front de Harry. Comme celle-ci, leur cicatrice ne les brûlerait plus et ne serait plus douloureuse.

Katie Mosher : Comment se porte le Chicaneur, ces jours-ci ?

J.K. Rowling : Assez bien, en fait. Il est revenu à son état habituel de démence aigue, et on l’apprécie pour son humour involontaire.

Camille : Chère Mrs Rowling, je veux profiter d’être ici pour vous remercier pour m’avoir fait rire, pleurer (beaucoup ! Surtout pour Sirius !) depuis que j’ai 11 ans, pendant une longue période puisque j’ai 20 ans. La magie de Harry et la vôtre m’accompagneront toujours ! Merci !

J.K. Rowling : Merci beaucoup, Camille, et je suis désolée pour Sirius. Cet homme a beaucoup de fans. Principalement parmi la gent féminine, je devrais ajouter.

Nicofr : Winky continue-t-elle à boire autant de Bièraubeurre ?

J.K. Rowling : Elle est un peu plus sobre, maintenant.

Isabel : Bellatrix aimait-elle son mari, ou bien n’avait-elle de sentiments que pour Voldemort ?

J.K. Rowling : Elle a choisi un mari sang-pur, car c’était ce qu’on attendait d’elle, mais son véritable amour a toujours été Voldemort.

jenny : Comment Rogue a-t-il fait pour cacher son Patronus au reste de l’Ordre ?

J.K. Rowling : Il faisait attention à ne pas utiliser son Patronus pour communiquer avec eux. Ce n’était pas bien difficile, étant donné qu’avec son travail au sein de l’Ordre, c’est-à-dire être un espion, il aurait pu révéler sa véritable allégeance en leur envoyant un Patronus.

Darchey : Voldemort a-t-il déjà aimé une femme ?

J.K. Rowling : Non, il n’aimait que le pouvoir, et lui-même. Il n’appréciait que les personnes qu’il pouvait utiliser afin d’atteindre ses objectifs.

Leo : Quelle serait la composition de votre baguette ?

J.K. Rowling : J’aimerais avoir la baguette de Harry – houx et plume de phénix.

Brian : L’AD a-t-elle gardé les galions ensorcelés ?

J.K. Rowling : Naturellement. Ils seraient des sortes de badges ou de médailles d’honneur – la preuve que leur propriétaire s’était trouvé au cœur de la lutte contre Voldemort depuis le début ! J’imagine bien Neville la montrer à ses élèves admiratifs.

Tracie : Êtes-vous soulagée de pouvoir enfin parler ouvertement de la série sans avoir à garder de secrets ?

J.K. Rowling : Je suis enchantée ! C’est génial de pouvoir enfin le faire. J’attendais cela depuis tellement longtemps !

Lou : Comment Rogue est-il entré dans Square Grimmauld pour prendre la deuxième moitié de la lettre, s’il y avait des sortilèges de protection sur la maison afin de l’empêcher d’y aller ?

J.K. Rowling : Rogue est allé dans la maison immédiatement après la mort de Dumbledore, avant que Maugrey ne lance les sortilèges contre lui.

Koen Van Der Voort : Pourquoi la cicatrice sur le front de Harry a-t-elle une forme d’éclair ?

J.K. Rowling : Honnêtement, parce que cette forme est sympa. Je ne pouvais pas donner à mon héros une cicatrice en forme de beignet.

Louie : Les boutons de Marietta ont-ils fini par disparaître ?

J.K. Rowling : Oui, mais il reste quelques cicatrices. Je déteste les traîtres !

Katie B : Pourquoi Harry est-il allé à King’s Cross quand il est mort ?

J.K. Rowling : Pour plusieurs raisons. Le nom sonne plutôt bien, dans les livres il est devenu une porte entre deux mondes, et Harry l’aura associé au fait de voyager entre deux mondes (n’oubliez pas que nous voyons le point de vue de Harry, pas forcément la réalité).

Apparemment nous avons débordé. On m’a dit qu’il y avait plus de 120 000 questions ! Que puis-je dire ? Merci beaucoup pour m’avoir suivi, moi et Harry, pendant si longtemps. Vous avez fait de cette aventure un voyage incroyable pour l’auteur de Harry.
J’aime cette question, donc je la choisirai pour finir.

Tess : Selon vous, quelle chanson de Moldu serait jouée aux funérailles de Dumbledore ?

J.K. Rowling : Sûrement « I did it my way » de Frank Sinatra.

Je suis tout à fait consciente de ne pas avoir répondu à tout… Gardez un oeil sur mon site internet, j’essaierai de répondre à d’autres questions !
Merci beaucoup à vous tous. J’ai passé une agréable journée, et j’espère avoir répondu à certaines questions qui restaient en suspens (j’entends vaguement des protestations... « VOUS N’AVEZ PAS REPONDU À MA QUESTION ! »)
Ca y est… je transplane. Au revoir !

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Dim 2 Déc - 21:05

Contexte : Toronto était la dernière étape dans l’« Open Book Tour » de 2007 de Rowling. Quelques jours auparavant, Rowling avait annoncé aux fans à News York l’homosexualité de Dumbledore, donc ce sujet était le thème dominant des questions. La conférence de presse a eu lieu juste avant la lecture au Théâtre du Jardin d’Hiver et c’est également là que Jo s’est vu remettre l’Award « Ordre de la Forêt » pour avoir encouragé ses éditeurs à publier les livres sur du papier recyclé.
Les journalistes n'ayant pas de micro, beaucoup de questions étaient inaudibles.


Q : [inaudible, quelque chose à propos de Dumbledore]

J.K. Rowling : Hummm… parce qu’on me posait une question vraiment directe à Carnegie Hall et cette question, qu’on ne m’avait jamais posée auparavant, était… est-ce que vous… étant donné qu’un des thèmes principaux des livres est l’amour, est-ce qu’Albus Dumbledore a trouvé un jour l’amour ? Et la fille qui me posait la question, je dois le préciser, avait commencé par dire ces merveilleux propos, comme quoi les livres Harry Potter l’ont aidée à être plus elle-même. C’est une adolescente. Donc j’ai répondu honnêtement. Je suppose que l’autre moitié de la réponse est que ce malheureux engouement de Dumbledore était un élément-clé de l’intrigue du tome 7. Vous savez, bien souvent, en écrivant les livres Harry Potter, je me suis sentie comme un saumon remontant le courant, il y avait tellement de théories et les gens demandaient tellement d’informations sur l’histoire à venir que je… afin de rester lucide et de garder un œil sur ma propre histoire, je n’ai pas révélé énormément d’informations à l’avance car je devais rester concentrée. C’était donc très libérateur, vraiment, de finir et de pouvoir parler en toute honnêteté des informations sur les personnages, qu’elles soient directement liées à l’histoire ou non.

Q : [inaudible] Pourquoi la saga Harry Potter a-t-elle un aussi grand succès [inaudible] ?

J.K. Rowling : On m’a souvent posé cette question et j’ai toujours trouvé qu’il était très difficile d’y répondre. Je pense que je devrais… On attend de moi que je connaisse la formule magique, mais en fait j’ai écrit ce que j’aimais lire. J’ai écrit une histoire complexe avec beaucoup de mystères et de surprises car c’est ce que j’aime, et j’ai créé des personnages qui m’intéressaient profondément, donc je suppose que beaucoup de lecteurs sont comme moi. C’est ma réponse.

Q : A quel moment de [inaudible] l’écriture des livres Harry Potter avez-vous décidé de la sexualité de Dumbledore [inaudible] ?

J.K. Rowling : Hummm, vraiment tôt. Je dirais… de tous les personnages… J’ai écrit pendant 7 années avant que le premier livre ne soit publié. Les personnages sont devenus de plus en plus précis à mesure que je travaillais et… je ne peux honnêtement pas dire qu’il y ait eu un moment où j’ai décidé cela, c’est plutôt quelque chose que j’ai su ou que j’ai fini par savoir… donc, hum, vraiment tôt. Probablement avant la parution du premier livre.

Stacy Bolton : [inaudible] Qu’avez-vous fait pour devenir un auteur à succès [inaudible] ?

J.K. Rowling : Ils devraient lire beaucoup. Ce qui ne veut pas dire que j’essaie de vendre plus de livres. Mais parce que c’est la seule façon d’élargir son vocabulaire et de décider ce qu’est un bon ou un mauvais récit. Puis ils passeront par la phase d’imitation de leurs auteurs préférés, ce qui est normal, car c’est une bonne façon d’apprendre. Puis ils auront besoin de décider par eux-mêmes, et, j’en suis désolée, de gaspiller beaucoup d’arbres. Mais [rires] soyez attentifs à ce que leurs livres soient toujours imprimés sur du papier recyclé [rires].

Gloria Martin : Avez-vous déjà pensé à écrire un prologue à la série Harry Potter, qui se focaliserait sur les parents de Harry Potter ?

J.K. Rowling : On m’a posé cette question plusieurs fois et j’ai toujours répondu « n’est-ce pas un peu trop comme « Star Wars Episode 1 » ? »[rires] Humm… Je ne le ferai probablement pas. Mais je maintiens le « probablement » car depuis le deuxième ou le troisième livre, je pense, quand on me demandait, pourquoi pas plus de sept livres ? J’ai toujours répondu « Je ne vais pas dire « jamais » car « jamais » est pour moi l’équivalent d’un chiffon rouge devant un taureau : généralement je veux immédiatement faire ce que j’avais dit que je ne ferais jamais. Donc je vais répondre « probablement pas ».

Q : Que diriez-vous à certains de vos lecteurs qui ont été déconcertés par la révélation à propos de Dumbledore [inaudible] pas le genre d’information qu’ils s’attendaient à découvrir ou changer la façon [inaudible] ?

J.K. Rowling : Et bien, je suppose que je répondrais qu’il n’y a rien de nouveau pour moi à ce qu’un homme brave et brillant puisse aimer d’autres hommes. Donc, humm… Je sais que [rit sous cape] je sais que cette information a bénéficié au moins à une personne car un homme a révélé son homosexualité à Carnegie Hall. [rit sous cape] Je ne plaisante pas. Voila. C’est tout ce que je peux dire.

Q : Harry Potter a un attrait universel [inaudible] ?

J.K. Rowling : C’est tout à fait possible. Je ne vois pas pourquoi je n’écrirais pas un livre avec un personnage principal féminin. Harry est simplement apparu en tant qu’Harry et à aucun moment je n’ai envisagé de le transformer en Harriet. Au bout d’un moment, j’ai fait une pause et je me suis dit « C’est un garçon ». Mais à ce moment-là Hermione était déjà si réelle, et je pense qu’Hermione, selon moi, est un personnage fantastique. Elle est tellement brillante, elle est si essentielle pour l’histoire et tellement cruciale dans la réussite du trio dans les sept livres que je n’ai pas le sentiment d’avoir laissé tomber les féministes, personnellement.

Q : [inaudible] les ramifications politiques du « coming out » de Dumbledore. Avez-vous conscience qu’à l’échelle du monde entier, [inaudible] pour d’autres pays moins tolérants concernant l’homosexualité ?

J.K. Rowling : Hummm… Je ne peux pas vraiment répondre à cette question pour le moment, vous savez, c’est quelque chose que j’ai dit récemment. Je ne peux pas vraiment répondre. Les choses sont comme elles sont. C’est mon personnage, et en tant que tel, j’ai le droit de savoir ce que je sais sur lui et de dire ce que j’ai à dire à son propos. Voila.

Q : Je me demande simplement pourquoi vous avez attendu jusqu’à maintenant pour [inaudible] ?

J.K. Rowling : J’ai déjà répondu à cela, c’était la première question.

Q : [inaudible]

J.K. Rowling : Ai-je dû beaucoup modifier l’Epilogue ? Les changements que je… Pas tellement, en fait. La plupart des changements étaient fait dans le but de révéler moins d’informations, plutôt que plus. Dans ma première version, l’Epiloque regroupait à peu près toutes les informations que je pouvais donner sur leur vie future, car c’était vers cela que je voulais me diriger. Je savais que j’avais beaucoup d’informations et quand j’ai rédigé le premier essai, je les ai incluses. Le grand changement, je pense, c’est le fils de Lupin. Car jusqu’au cinquième tome, l’Ordre du Phénix, j’avais eu l’intention de laisser Lupin en vie. Donc l’un des points importants de l’épilogue a été de s’assurer, même s’il n’apparaît pas physiquement, qu’il allait bien.

Q : Même si vous écartez l’idée d’un livre, prévoyez-vous de continuer la franchise sous une autre forme ? Le mois dernier, le plus grand lancement de l’histoire concernait un jeu vidéo, et il existe des jeux vidéos Harry Potter et d’autres médiums également. Prévoyez-vous de prendre part à cela et d’écrire plus de choses sur l’histoire de votre monde ?

J.K. Rowling : Le seul projet que j’ai, et qui reste de l’ordre de la possibilité, c’est d’écrire une encyclopédie, ce qui me permettrait d’inclure toutes les informations que je possède sur tous les personnages. Et comme je l’ai toujours dit, si ce projet voit le jour, les revenus iront à une œuvre de charité ; le but n’est pas d’exploiter le filon. Donc effectivement, il se pourrait que je fasse cela, mais je n’ai pas encore commencé. Et ce ne sera certainement pas mon prochain projet. J’aimerais m’éloigner quelques temps du monde de Harry avant de le commencer. Il me manque. Ce monde me manque vraiment. Mais cela vaut mieux. C’est comme un divorce : mieux vaut ne pas se voir pendant un moment, afin de pouvoir être amis plus tard.

Q : En l’honneur du festival international des auteurs, étant donné le nombre d’auteurs qui ont écrit des livres pour enfants et pour adultes, j’étais curieuse de savoir qui serait l’auteur préféré de Harry ? De Ron ? D’Hermione ?

J.K. Rowling : Et bien, je pense que pour Hermione ce serait Margaret Attwood. [ils rient tous] Soyons honnête, nous savons tous que Harry ne lisait pas beaucoup, sauf quand il y était obligé. [rires] Donc pour être totalement honnête, choisir un auteur pour Harry ou Ron serait vraiment tirer sur la corde, ça reviendrait à faire mon Hermione plutôt que refléter véritablement leur goût littéraire. Désolée.

Q : La dernière fois que vous êtes venue ici, c’était avant le tournage du premier film Harry Potter, et vous aviez exprimé votre inquiétude à ce sujet. Quel a été selon vous le succès… la clé du succès de l’adaptation de vos livres au cinéma ?

J.K. Rowling : Et bien, à vrai dire, je suis très fière que nous ayons réussi à conserver un casting entièrement britannique. Je pense que cela apporte un certain ton aux films qui assure leur authenticité et leur lien aux livres. Ils sont également tournés en Grande-Bretagne… enfin, cela est plus lié à la grandeur de l’industrie cinématographique britannique qu’à la fidélité de l’adaptation, donc j’en suis fière. Avant tout, et c’est une chose vraiment merveilleuse, Dan, Rupert et Emma, qui interprètent les trois personnages principaux, ont vraiment grandi en tant qu’acteurs, je pense que tous ceux qui regardent les films seront d’accord sur ce point. Je les adore, j’ai un peu l’impression d’être leur marraine. C’est une expérience vraiment merveilleuse.

Q : Pour en revenir à la révélation concernant Dumbledore, je comprends que c’est votre personnage et que vous vous êtes contentée de répondre à la question qui vous était posée, mais je suppose que je suis curieux de savoir pourquoi vous n’en avez pas fait mention dans le livre ? Pourquoi ne pas en avoir parlé dans le livre, lorsque vous l’avez commencé ?

J.K. Rowling : Parce que c’est… je pense que c’est évident. Il est… L’histoire est ce qu’elle est, et il a effectivement eu cet engouement plutôt tragique, mais c’est un élément-clé de la fin de l’histoire. Alors, pourquoi aurais-je dû inclure un élément-clé de la fin de mon histoire dans le premier livre ? On parle là de la construction de l’histoire. Ce n’est pas… Elle est telle qu’elle est.

Q : Pourquoi pas plus tard, dans ce cas ?

J.K. Rowling : Qu’est-ce que vous voulez dire ?

Q : Pourquoi pas dans le tome 5, 6 ou 7 ? Pourquoi ne pas le révéler dans le livre ?

J.K. Rowling : Parce que si vous étiez un écrivain, vous comprendriez que quand vous écrivez la fin, elle vient à la fin. [tous rient]

Q : Donc la fin a été révélée publiquement lors de la conférence de presse ?

J.K. Rowling : Pas du tout. Non. Ce n’était pas une conférence de presse, c’était une question d’un fan à laquelle j’ai répondu, et… Pourquoi est-ce la fin du livre ? Dans le livre il avait… c’est évident, dans le livre, qu’il avait… un enfant y verra une amitié, et je pense qu’un adulte sensible pourra peut-être comprendre que c’était de l’amour. Je savais que c’était de l’amour.




cet interview m'a fait mal o coeur , je m'attendais pas du tout a sa de la part de dumbly!!! larme

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Dim 2 Déc - 21:07

Meredith Vieira : Il est fini.

JK Rowling : Je sais.

MV : Qu’est-ce que ça fait ?

JKR : C’est incroyable.

MV : Incroyablement bon ? Incroyablement mauvais ? Un peu des deux ?

JKR : Pour le moment – honnêtement, c’est super. C’est – je me sens bien. Oui. Je veux dire, je suis triste. La première semaine après avoir fini le livre a été difficile.

MV : Parce que vous avez réalisé que c’était terminé ? Ou parce que… enfin, vous avez tué certains personnages, aussi. Je suis sûre que c’était…

JKR : Je pense, je pense que c’est l’ensemble. C’était un moment incroyablement cathartique. La fin de 17 années de travail. Et comme c’est lié à ce que j’ai fait dans ma vie pendant 17 ans, beaucoup de souvenirs ont remonté.

MV : Car quand vous avez commencé, vous n’étiez en aucune façon là où vous êtes maintenant.

JKR : Non. Et, en fait, quand j’ai commencé, j’étais dans une mauvaise passe. Et puis, vous savez, la vie a ses hauts et ses bas. Donc, en fin de compte, Harry m’a accompagné pendant tout ce temps. Je pense que c’est ce sentiment plus qu’aucun autre que je ne voudrais supprimer pour rien au monde.

MV : Avez-vous le sentiment que vous avez dû dire au revoir à Harry ?

JKR : Hummm. Oui et non. Il sera toujours présent dans ma vie.

MV : Vous nous laissez un peu sur notre faim.

JKR : Il aurait été humainement impossible de répondre à chaque question que les fans se posent. Car je dois faire face à un niveau d’obsession chez certains fans qui ne s’éteindra pas avant qu’ils ne connaissent le deuxième nom des arrières-arrières-grands-parents de Harry.

[MV et le public rient]

MV : C’est vrai que vous, les lecteurs, poussez l’obsession un peu loin.

JKR : Non, j’aime ça. Je suis tout à fait pour cela. Je suis contente qu’ils soient comme ça.

[Un passage vidéo]

MV au public composé d’enfants : Je sais que vous avez un tas de questions, donc nous allons commencer. Omar, commençons par toi.

Omar, 17 ans : Hum, j’ai compris que vous avez planifié votre vision des livres il y a des années.

JKR : Hum.

Omar : De combien le tome 7 s’est-il écarté de votre idée d’origine ?

JKR : Il en est proche, particulièrement le dernier tiers du livre qui est tel que je l’ai toujours prévu. Vraiment. La seule exception serait qu’un personnage apparaît dans ce dernier tiers. Et j’ai pensé que ce personnage mourrait dans le tome 5 quand j’ai commencé à écrire. Donc quelqu’un…

MV : Qui était-ce ?

JKR : Hum, Mr Weasley. [un passage vidéo de Mr Weasley dans le film “La Coupe de Feu” est projeté] C’est donc le personnage qui a eu un sursis. Quand j’ai planifié les livres, Mr Weasley devait mourir dans le tome 5.

MV : Et pourquoi a-t-il obtenu ce sursis ?

JKR : Et bien, je devais le garder. En partie parce que je ne pouvais pas supporter de le tuer.

MV : Alors qu’est-ce qu'il s’est passé ? Pourquoi a-t-il eu ce sursis ?

JKR : Et bien, je l’ai échangé contre un autre personnage, et je ne veux pas dire qui pour les gens qui n’ont pas – lu. Mais je – j’ai pris la décision pendant que j’écrivais le Phénix, de donner un sursis à Mr Weasley et de tuer quelqu’un d’autre. Et si vous avez terminé le livre, je suppose que vous savez de qui il s’agit, un autre père.

MV : Et avez-vous déjà considéré le fait de tuer Harry, Hermione ou Ron ?

JKR : Oui, absolument. Je suis très fière du fait que pendant la lecture de ce livre, beaucoup, beaucoup de gens pensaient qu’il était tout à fait possible que Harry meure. C’était mon but, que vous pensiez que tout le monde pouvait y passer.

MV : Mais vous êtes-vous inquiété, Jo, pendant que vous écriviez le livre, que des tas d’enfants soient dévastés par la mort d’Harry, d’Hermione ou de Ron ?

JKR : Hum, vous… Bien sûr que ça vous affecte. Je me souviens d’avoir rencontré un garçon qui m’a dit « S’il vous plaît, ne tuez jamais, jamais, jamais, jamais Hagrid, Dumbledore ou Sirius ». [d’une voix rauque, et au bord des larmes] Et je savais que je l’avais déjà fait. J’avais déjà tué Sirius. Et ça… Je ne peux pas prétendre, en regardant ce garçon, ne pas m’être sentie affreuse.

MV : La mort de quel personnage vous a-t-elle fait pleurer ?

JKR : Le passage que j’ai vraiment trouvé le plus difficile à écrire, dans les 7 tomes, et celui qui m’a fait le plus pleurer est le chapitre 34 de ce livre-ci. Mais c’était – c’est en partie à cause du contenu, et en partie parce qu’il a été planifié depuis si longtemps et a été ébauché depuis si longtemps. Et écrire la version définitive a été comme un – une énorme apogée.

MV : Et pouvez-vous nous dire ce qu'il se passait dans le chapitre 34 ?

JKR : C’est quand Harry part vers la forêt. Encore. C’est mon passage préféré dans ce livre. Je n’ai pas pleuré en l’écrivant, mais une fois avoir fini de l’écrire, j’ai ressenti une énorme explosion d’émotions et j’ai pleuré et pleuré et pleuré.

MV : Jackson !

Jackson, 10 ans : Y a-t-il quelque chose que vous auriez aimé avoir écrit ou ne pas avoir écrit dans Harry Potter, surtout à propos des morts ?

JKR : Hum, non. J’ai beaucoup réfléchi à propos des morts. Je ne tue aucun personnage à la légère !

[nouveau passage vidéo]

Chelsea, 19 ans : A la fin, vous dire que, ou vous nous dites que Neville est professeur à Poudlard. Quel est le métier de Harry, d’Hermione et de Ron ?

JKR : Oui, je pense que c’est ce que tout le monde veut faire. Harry et Ron ont par la suite révolutionné le Département des Aurors. Ils sont maintenant les experts. Leur âge ou ce qu’ils ont fait d’autre n’a pas d’importance. Et Hermione, et bien, je pense qu’elle occupe maintenant un poste important au Département de la Justice magique. J’imagine que son intelligence et sa connaissance du fonctionnement de la Magie Noire lui ont donné une bonne base. Ils ont créé un nouveau monde.

MV : Pourquoi n’avez-vous pas mentionné cela dans le livre ?

JKR : Et bien, hum. Pour dire la vérité, la première esquisse de l’épilogue était beaucoup plus détaillée, mais ça… ça ne fonctionnait pas vraiment bien, mais je possède bien sûr ces informations pour vous, si vous les souhaitez.

[nouveau passage vidéo]

MV : Nous avons également reçu beaucoup d’e-mails, hum, de gens qui ont terminé le livre et ont des questions. Je voudrais en énoncer quelques unes, pour mettre les choses au clair.

JKR : Oui.

MV : Rogue était-il destiné à être un héros ?

JKR : [Inspire brusquement] Est-il un héros ? Vous savez, je ne le considère pas réellement comme un héros.

MV : Vraiment ?

JKR : Oui. Il est rancunier. C’est une brute. Tous ces termes définissent encore Rogue, même à la fin du livre. Mais était-il courageux ? Oui, immensément.

Greta, 8 ans : Si Rogue n’avait pas aimé Lily, aurait-il tout de même tenté de protéger Harry ?

JKR : Non. Il ne l’aurait pas fait. Il n’aurait pas été intéressé par ce qui arrivait à ce garçon.

MV : Ok. La première : 19 ans plus tard, qui est le directeur de Poudlard ?

JKR : Et bien, ça serait quelqu’un de nouveau. Heu, ça faisait un moment que Mac Gonagall occupait ce poste. Donc quelqu’un de complètement nouveau. Mais si je fais un jour une encyclopédie, je promets de donner des détails.

MV : Vous allez le faire, n’est-ce pas ?

JKR : Probablement. Mais je ne le ferai sûrement pas demain. (rires) Car j’aimerais vraiment faire une pause. Donc il se peut que vous deviez attendre.

MV : Vous voulez dire que vous n’avez pas encore commencé ? (rires)

JKR : Et bien… D’une certaine façon je suppose que j’ai commencé car le – toute la matière première se trouve dans – dans mes notes. Mais – j’aimerais faire une pause avant de recommencer à publier. Ca serait – vous savez, j’ai toujours une famille.

MV : Avez-vous – est-ce que Ron, Hermione ou Harry auront un jour un poste à Poudlard ?

JKR : Et bien, j’imagine bien Harry revenir pour parler de – de la Défense contre les Forces du Mal. Et – je – et, bien sûr, le sort est brisé maintenant que Voldemort est parti. Maintenant, ils peuvent conserver un bon professeur de Défense contre les Forces du Mal plus d’une année. Donc cet aspect de – de l’éducation des sorciers est maintenant prise en charge.

MV : Est-ce que – finir cette série, pour vous, c’est un soulagement, ou bien quelque chose se rapprochant d’un deuil ? Ou peut-être un mélange des deux ?

JKR : Les deux, vraiment.

MV : Oui ?

JKR : Un ensemble d’émotions rassemblé en une seule. Juste après avoir fini d’écrire, j’étais très… Les deux premiers jours ont été terribles. Terribles. Et –

MV : Dans quel sens ? Dites-nous ce que vous avez fait.

JKR : C’est juste – j’étais incroyablement déprimée. Je pense que – ce que – ce qui est probablement difficile à imaginer pour les gens, c’est combien ce travail de 17 ans était intimement lié à ce qui se passait dans ma vie à cette époque. Donc tout ça – tout s’est mélangé. Mais c’était – je pleurais la perte de ce monde que j’ai écrit pendant si longtemps et que j’aimais tellement. Je pleurais également la fin de la mise à distance vis-à-vis de – vis-à-vis de la vie ordinaire, car c’était cela. Et ça m’a forcé à regarder en arrière, vers ces 17 années de ma vie, et à me rappeler des choses.
Et c’était intimement lié à la mort de ma mère, qui est survenue – car, vous savez, une grande – ce long passage de ma vie est maintenant terminé. Donc inévitablement vous repensez à ce qui est arrivé au début de ce passage. Inévitablement, vous êtes ramené à cette époque – vous savez, j’ai vécu la naissance de trois enfants. J’ai vécu dans différents pays. J’ai vécu deux pertes importantes. La fin d’un mariage.
Et – et puis beaucoup de souvenirs joyeux, vous savez ? Ma – la naissance de chacun de mes enfants et tout ça. Mais, vous savez, ça m’a renvoyé à cette époque. Je n’arrêtais pas de penser à tout cela.
Les deux premiers jours ont été pénibles. Mais pendant toute la semaine après la fin de la rédaction, j’étais déprimée. Puis, après cette semaine, j’ai senti quelque chose de différent. Je me suis réveillée le huitième jour et – je me sentais plus légère, je sentais que je pouvais écrire tout ce que je voulais. La pression est partie. Et ce n’est pas comme si Harry était parti – parti de ma vie, car il sera toujours présent dans ma vie. Et – oui. Je me suis réveillée après une semaine et j’ai pensé, « Oh, quelle amélioration ». Vous savez ? C’est – c’est un soulagement. Bien sûr que c’est un soulagement. Malgré tout cela, y compris cette phase de dépression, c’est mon livre préféré et je pense que c’est le meilleur livre de la série.

MV : Jimmy !

Jimmy, 11 ans : Pouvez-vous nous parler des influences dans votre livre.

JKR : Et bien, c’est très, très difficile de séparer ses influences. Certaines comme Star Wars ou Le Seigneur des Anneaux, ou la série Harry Potter, beaucoup sont… ils prennent la forme d’une quête. Ils prennent la forme d’une lutte du bien contre le mal et des conséquences sur les gens.

Lukas, 9 ans : Harry Potter est-il basé sur une personne de votre entourage ?

JKR : Non, Harry est un personnage entièrement imaginaire. Heu, donc je suppose que cela signifie qu’il vient un peu de moi, aussi.

Kerry, 15 ans : Selon vous, quelle partie du phénomène Harry Potter est la plus satisfaisante ?

JKR : Euh. Ca. Parler des livres à des personnes comme vous.

Riley, 11 ans : Prévoyez-vous d’écrire d’autres livres après celui-ci ?

JKR : Oui, absolument. J’écrirai toujours, je ne m’imagine pas arrêter d’écrire. J’ai commencé à écrire quand j’avais cinq ans. J’ai toujours écrit, donc je continuerai jusqu’à ce que je ne puisse plus écrire.

Riley : Est-ce que vous écrirez des livres sur des mondes magiques, ou bien est-ce que ce sera quelque chose de totalement différent ?

JKR : Je pense que j’en ai fini avec l’univers magique.

MV : Donc vous pouvez regarder ces visages innocents et leur annoncer « il n’y aura jamais un autre livre sur Harry Potter ».

JKR : [rires] J’en ai fini avec Harry Potter.

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Dim 2 Déc - 21:08

Conférence de presse de J.K. Rowling, Stephen King et John Irving, le 01 août 2006, à New York



Introduction : Je suis Dick Robinson de Scholastic, l’éditeur américain chanceux de Harry Potter – le personnage le plus célèbre et le plus aimé de la planète Terre – et de J.K. Rowling, la talentueuse créatrice de Harry. Dès que j’ai rencontré Jo, il y a huit ans alors qu’elle était encore inconnue, j’ai été touché par sa gracieuse confiance, qui venait, je pense, de sa [inaudible] certitude que Harry Potter serait l’un des plus grands personnages de la littérature. J’ai également été frappé par [inaudible] son don pour parler de magie, son esprit [inaudible] qui était toujours concentré sur la cohérence de l’histoire des sept livres qu’elle avait imaginé depuis le début. Et son engagement ne concernait pas seulement son histoire [inaudible], car elle était mise en parallèle avec les lecteurs. Son histoire et ses lecteurs étaient liés dans son esprit depuis le début, même alors que les lecteurs grandissaient, car l’histoire se déroule astucieusement au fil des années. Notre compagnie [inaudible] les professeurs, les parents et les enfants [inaudible] un endroit pour trouver de bonnes histoires et de grands livres pour vous aider à lire et à apprendre. C’est quelque chose que nous avons fait depuis quatre-vingt six ans [inaudible], Harry Potter a mené des millions d’esprits vers une grande histoire et a fait de la lecture le meilleur moyen pour apprendre sur soi-même. Merci, Jo Rowling, pour tout cela. (applaudissements)

Question du public : Y a-t-il des surprises à propos du tome sept ?

J.K. Rowling : Des surprises à propos du tome 7 ? Hum… (elle soupire profondément – la foule rit) Une chose que j’aurais envie de partager ? Il est bien avancé, il est bien avancé [sourires]. Je pourrais dire tant de choses. Dans une certaine mesure, la pression a disparu, je suppose, parce que c’est le dernier livre, donc je me sens comme libérée. Tout ce que j’ai à faire, maintenant, c’est finir l’histoire, et c’est amusant. D’une manière différente d’avant, car je conclue enfin l’histoire. Je pense que certains la détesteront, d’autres l’adoreront, mais c’est comme ça qu’elle doit se dérouler.

Question du public : Pouvez-vous nous parler des œuvres caritatives qui vont bénéficier de ces évènements ?

Stephen King : Je pense que nous allons pouvoir rassembler au moins 250 000 dollars pour cette œuvre caritative, ce qui, pour les trois écrivains [ndlt : J.K. Rowling, Stephen King et John Irving], représente beaucoup d’argent. Quand nous nous sommes mis d’accord sur cet évènement, nous avons décidé que nous pourrions prévoir deux nuits, une en faveur de l’œuvre caritative de mon choix, qui est Haven Foundation, qui récolte de l’argent pour les artistes indépendants qui se retrouvent sans ressource après des accidents catastrophiques et des maladies. Et Jo a choisi Médecins Sans Frontières, et elle peut en parler de façon très pertinente. Donc, une nuit pour Médecins Sans Frontières, une autre pour Haven Foundation.

Tout cela vient du fait que l’année dernière, j’ai fait une lecture pour l’œuvre caritative de John, Maple Street School [dans le Vermont] [ndlt : un Etat du nord-est des Etats-Unis], et il m’a dit qu’il ferait une lecture pour moi. Et alors, tandis que je lisais dans une petite école de Vermont, je l’ai entraîné au Radio City Music Hall, [rires] et il est venu.

Question du public : Que conseilleriez-vous à des enfants qui veulent devenir écrivain ?

J.K. Rowling : Un conseil pour les enfants qui souhaitent devenir écrivains ? Lire. La première chose à faire est de lire, et la plus importante est de lire aussi. Au début, vous imiterez sans doute vos auteurs favoris, et je pense qu’il s’agit d’une étape très importante de votre apprentissage. Et, à travers la lecture, vous n’enrichirez pas seulement votre vocabulaire, vous apprendrez aussi ce qui marche et ce qui ne marche pas, ce que vous aimez, quel genre d’écrit vous appréciez, et vous apprendrez à l’analyser, c’est pour cela que je considère qu’il s’agit de la chose la plus importante à faire. Le reste est d’accepter le fait que vous gaspillerez beaucoup d’arbres, je vous le dis. Finalement, vous en arriverez à quelque chose qui vous plait.

Question du public : Qu’est ce qui va vous manquer le plus à propos de la saga Harry Potter ?

J.K. Rowling : Tout. J’ai adoré l’écrire, et cela va me manquer énormément. Mais j’ai toujours planifié sept livres, et j’ai prévu cette fin particulière, et si je parviens à l’achever et à faire ce que je voulais faire lorsque j’ai commencé à écrire cette histoire, alors je serai fière. Je vais probablement vivre une période de deuil, et ensuite je devrai penser à quelque chose d’autre à écrire.

Question du public : Un de vos enfants a-t-il montré des talents magiques ?

J.K. Rowling : Les jeunes sorcières et sorciers de mes livres sont vraiment destructeurs dans leur première phase, et mes enfants ont certainement ce côté-là. Mais sinon, je dirais probablement non. Ma fille aînée est vraiment scientifique, logique, et je trouve ça bien.

Question du public : Pourriez-vous nous parler du fait de tuer vos personnages ?

J.K. Rowling : John a tué plus que moi, alors je pense qu'il devrait répondre en premier.

John Irving : C'est parce que je n’ai jamais commencé à écrire un roman tant que je ne connais pas les évènements émotionnels importants qui s’y produisent, en particulier ce qui se passe à la fin, j'ai une sorte de liste des personnages qui vont mourir et des personnages qui vont survivre, avant même que je n’écrive le premier mot. Ce processus de délibération qui précède parfois l'écriture d'un roman durant environ un an ou dix-huit mois signifie que pendant ce temps, je pense à l’écriture de ces scènes de mort, je vie à travers la vie et la mort de ces personnages des mois durant, parfois même plusieurs années. Par conséquent, je ne suis pas vraiment affecté émotionnellement lorsque j’en arrive à écrire ces scènes. C'est comme si cela s'était déjà passé, et je ne fais que me les remémorer. Mais je pense qu'il s'agit d'un résultat direct de mon besoin de connaître la fin d'une histoire avant d'imaginer où elle pourrait commencer.

Question du public : Jo, Stephen, vous avez quelque chose à ajouter ?

J.K. Rowling : (en riant) Je crois que tout a été dit… Je comprends les raisons qui pousseraient un auteur à tuer un personnage pour ne pas voir quelqu’un d’autre continuer à écrire sur lui après la mort du premier auteur. Ça ne me fait pas toujours plaisir de tuer mes personnages. Je n’ai pas du tout aimé tuer le personnage qui meurt à la fin du sixième tome (je reste évasive au cas où quelqu’un n’aurait pas fini de le lire). Je n’ai vraiment pas aimé ça, mais c’était prévu depuis des années. Comme John [Irving] l’a dit, ce n’était pas aussi bouleversant que l’on pourrait croire. Quand est arrivé le moment d’écrire cette scène, j’avais déjà fait mon deuil.

Stephen King : Je n’aime pas ça non plus, et je ne sais pas tout. Je ne fais pas de plan détaillé de mes romans. Je me suis toujours dit qu’il y avait des gens qui prévoient tout avec soin et d’autres qui lancent des missiles comme les Etats-Unis lancent leurs missiles. Moi je fais comme le Hezbollah. Je sais à peu près où ils vont atterrir mais s’ils arrivent à vingt kilomètres, je suis content. J’ai écrit un livre sur Cujo… [le reste de la réponse n’a pas été retranscrit]

Question du public : Est-ce que les autres auteurs ont un conseil à donner à JK Rowling en ce qui concerne la fin de sa saga ?

J.K. Rowling : (regarde Stephen King et chuchote) : Tuez-le ! (rires)

Stephen King : Je veux que l’histoire soit juste, c’est ce que je veux toujours. Je veux lire le livre. J’adore cette saga. Je veux lire le livre et j’ai confiance car j’ai lu les autres. Et j’ai hâte.

[Note de QQQ : quelques plaisanteries, non retranscrites]

Irving : Moi je croise les doigts pour Harry, c’est tout. J’espère.

Question du public : Pourquoi JKR a-t-elle choisi Médecins Sans Frontières, et pourquoi n’est-elle pas venue aux Etats-Unis depuis six ans ?

J.K. Rowling : J’ai travaillé pour Amnesty International, et c’est là que j’ai connu Médecins Sans Frontières. J’ai remarqué qu’à chaque fois, comme pour la guerre au Liban, Médecins Sans Frontières étaient parmi les premiers sur le terrain. C’est une organisation très efficace, et comme son nom l’indique clairement, peu importent vos croyances religieuses, votre appartenance ethnique, votre situation. Si vous avez besoin d’aide, ils vous aideront ou en tout cas ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour vous aider. Alors depuis que j’ai de l’argent, je les ai toujours soutenus financièrement. Et je trouvais que cette soirée de charité était dirigée vers un groupe spécifique de personnes, alors je me suis dit que ce serait formidable de faire une soirée de charité qui concerne le monde entier, partout où il y en a besoin.

En ce qui concerne mon absence, j’adore venir ici, et j’adore venir à New-York. C’est une de mes villes préférées, mais durant ces six années j’ai été enceinte deux fois, j’avais de jeunes enfants et c’est pourquoi nous ne faisions pas ces longs trajets en avion. A présent ils sont assez âgés pour voyager, alors c’est super d’être de retour.

Question posée par le représentant du magazine « Time for Kids » : Pourquoi fallait-il que Dumbledore meure ?

J.K. Rowling : L’an dernier, on m’a posé cette question en interview. Dans le genre dans lequel j’écris, le héros doit généralement se retrouver tout seul. Il arrive un moment où son soutien disparaît, et pour être un véritable héros, il doit agir seul. Harry n’est pas complètement seul, il a toujours ses deux partenaires. La personne qui m’avait posé la question a résumé ça par : le vieux sorcier finit toujours par passer l’arme à gauche. C’est ce que je disais, mais j’essayais de le dire plus joliment. Voilà. Dans ce genre de sagas épiques, le héros doit se battre seul à la fin.

Question du public : Y a-t-il eu des changements par rapport à ce que vous aviez initialement prévu ?

J.K. Rowling : D’une certaine manière, l’histoire est différente. L’intrigue principale est celle que j’ai toujours prévue, mais quelques personnages dont je pensais qu’ils vivraient sont morts, et un autre a eu un sursis. Alors il y a quelques changements majeurs, j’imagine.

Question du public : Un auteur arrive-t-il facilement à lire ses propres livres ?

Irving : La seule chose qui me gêne dans ce que je vais lire ce soir, c’est que c’est quelque chose de relativement vieux, que je n’avais pas lu ou à quoi je n’avais pas pensé depuis des années. Mais Steve [King] et moi étions en train de discuter de ce que nous allions lire, et finalement nous sommes arrivés à la conclusion que nous étions là pour chauffer le public pour Jo, la première partie en quelque sorte [JKR : Oooooooh], et c’est sûrement en majeure partie son public qui est présent ce soir. Je ne pense pas que Stephen King et John Irving écrivent en général des histoires qui conviennent aux enfants. Alors Steve et moi avons dû chercher ces moments occasionnels d’innocence dans nos productions plus anciennes, pour ainsi dire. Alors, en ce qui concerne cette soirée de lecture, je dois dire que je suis très content d’être là avec Steve et Jo, dans cet endroit merveilleux, mais je suis un peu intimidé par l’âge du public, ce n’est pas mon public habituel.

J.K. Rowling : C’est comme si on m’avait dit que les Beatles et les Rolling Stones étaient là pour faire ma première partie. A vrai dire, je ne suis pas tellement à l’aise quand je dois lire mon propre travail, c’est pourquoi ce soir je ferai une lecture plus courte que d’ordinaire, puis je répondrai à quelques questions. Je crois que les gens qui sont venus ce soir préfèreraient me poser des questions plutôt que m’entendre lire pendant longtemps. C’est ce que je veux penser en tout cas, car je suis assez mal à l’aise quand je dois lire, et je n’y suis d’ailleurs pas très bonne.

Question du public : Comment se sent JKR quand ses lecteurs la qualifient de sadique, et comment se sent-elle à l’idée de devoir clore la série ?

J.K. Rowling : Quand les fans m’accusent de sadisme – ce qui n’arrive pas si souvent – j’ai l’impression que je les endurcis et que je les prépare à lire les livres de Stephen et John (rires). Il faut qu’ils s’endurcissent, d’une manière ou d’une autre. Le monde littéraire est cruel, dehors, alors je leur fais une faveur.

Comment je me sens avec la fin de la série qui approche ? D’un côté, je sais que je serai triste. Harry représente une partie énorme de ma vie, et il a toujours été la constante dans les phases turbulentes de ma vie. J’aurai un sentiment de perte, mais aussi de libération, parce que dans le fait d’écrire quelque chose d’aussi populaire, il y a beaucoup de pression. Et bien que ça a été merveilleux, je crois que je ressentirai une certaine liberté à échapper à l’écriture de Harry Potter.

Question du public : Que fera Jo ensuite ?

J.K. Rowling : J’ai un livre pour enfants, plus court – heureusement – à moitié écrit, alors je pense que c’est ce que je ferai ensuite.



Voilà maintenant vous savez tout!!!!

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
bubulle
double poney
double poney


Nombre de messages : 151
Localisation : [...]
Date d'inscription : 02/12/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Lun 3 Déc - 20:22

Oula il y a des trucs que je n'avais même pas capté dans le livre (du genre que Dumbledore était homosexuel sa ma surprise de lire sa Laughing ) ^^
Il y a des fans qui relèvent des trucs assez surprenant quand même Shocked
Du genre que Hermione n'avait pas fait de sortilège de mémoire alors qu'en fait si.... et qu'en fait non Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Lun 3 Déc - 20:24

bah sa réponde a pas mal de questio nquant meme

d plus moi sa m'a foutu un coup de savoir que dumbly est homo!!! c'était une icone pour moi!!!....

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
bubulle
double poney
double poney


Nombre de messages : 151
Localisation : [...]
Date d'inscription : 02/12/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Lun 3 Déc - 20:26

Oui sa c'est clair Smile

Arf, c'est pas si grave que sa va ^^!
Moi j'aimais bien Sirius, mais il est dead Laughing donc bon.... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angéla_
cheval d'or
cheval d'or
avatar

Nombre de messages : 1248
Localisation : quelque part sur notre chère Terre
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Lun 3 Déc - 20:45

bah dumbly aussi

sniffffffffffffffffffff affraid

_________________
'j'ai décidé je m'en vais..........'
marre des dattes j'ai les doigts qui collent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau
le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme


Shot at 2007-11-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palmaetilda.ifrance.com/
Mily133
Admin
avatar

Nombre de messages : 329
Age : 30
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   Mar 4 Déc - 0:39

Je suis choqué!!!! affraid affraid affraid

_________________
Mily et ses dalmatâches


Mon sky ==> ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emily133.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....   

Revenir en haut Aller en bas
 
HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT EN LECTURE....
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Objectif Badwater 2010] En route vers la Vallée de la Mort
» "La pêche du brochet au mort-posé...."
» quelle canne acheter pour pêcher au mort manié ??
» Choix de leurre pour bras de rivière mort
» Mort manié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: GENERALITE-
Sauter vers: